play_arrow

keyboard_arrow_right

Listeners:

Top listeners:

skip_previous skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
  • play_arrow

    Urban Africa Radio La Radio de Ta Génération

  • cover play_arrow

    The Truth Podcast #14 Robot Heart

  • cover play_arrow

    The Truth Podcast #13 Robot Heart

  • cover play_arrow

    The Truth Podcast #12 Robot Heart

Général

Refus de délivrer les fiches de parrainage à Sonko

today22 décembre 2023 15

Arrière-plan
share close

Au Sénégal, Ousmane Sonko redevient éligible - Jeune Afrique

Le représentant de l’opposant sénégalais emprisonné Ousmane Sonko a été empêché mardi de récupérer les documents nécessaires à sa candidature à la présidentielle de 2024, malgré sa réintégration par la justice sur les listes électorales.

En effet, le juge a ordonné jeudi la réintégration sur les listes électorales de M. Sonko, personnage central d’un bras de fer de plus de deux ans avec l’État qui a donné lieu à plusieurs épisodes de troubles meurtriers.

Le temps est compté pour l’opposant qui doit recueillir ses parrainages et déposer sa candidature à la présidentielle de février, dont il serait l’un des favoris, d’ici au 26 décembre.

Le mandataire Ayib Daffé, accompagné de son avocat Me Clédor Ly, s’est présenté mardi à la Direction générale des élections (DGE) et à la Direction de l’automatisation du fichier, des organismes sous l’autorité du ministère de l’Intérieur, pour obtenir notamment les formulaires de recueil de parrainages.

Mais ils ont été empêchés de voir les responsables de ces services et donc de recevoir les documents, ont-ils raconté à la presse.

“Nous avons vu un exercice de cache-cache de hauts fonctionnaires qui ne veulent pas avoir en face d’eux le mandataire et les avocats d’Ousmane Sonko. Ils se sont cachés derrière leur bureau pour refuser de nous recevoir et le ministre de l’Intérieur a déployé un impressionnant dispositif de sécurité (…) pour nous bloquer l’entrée”, a déclaré Ayib Daffé après plusieurs heures infructueuses d’attente.

“On va revenir autant de fois qu’il le faudra parce que nous avons le droit avec nous. Nous avons la justice avec nous. Nous avons le peuple avec nous”, a-t-il martelé.

“Pourquoi la violence est érigée en maître dans ce pays ? Le peuple ne peut pas être pris en otage”, s’est indigné l’avocat Me Clédor Ly lors d’une déclaration à la presse quelques minutes plus tard. “Ça ne peut être une élection qui reflète la volonté populaire si Ousmane Sonko n’en fait pas partie”, a-t-il dit.

“Il faut que la communauté internationale sache que (le peuple sénégalais) n’est pas un peuple violent, c’est un peuple qui est debout, qui demande simplement que ce pays respecte la loi, l’État de droit, la démocratie, pour que nous puissions vivre en paix”, a-t-il déclaré.

“S’il y a une caste de personnes qui saborde tout cela, la communauté internationale n’a pas le droit de se taire”, a-t-il ajouté.

M. Sonko, 49 ans, a été déclaré coupable le 1er juin de débauche de mineure et condamné à deux ans de prison ferme. Ayant refusé de se présenter au procès, il a été condamné par contumace.

Il a été écroué fin juillet sous d’autres chefs d’inculpation, dont appel à l’insurrection, association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et atteinte à la sûreté de l’État. Il dénonce dans toutes ces affaires un complot pour l’empêcher de participer à la présidentielle, ce que le pouvoir dément.

Écrit par: Admin

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%